Pavillon Turquoise n° 4

« QUATRE PHOTOGRAPHES »

La photographie est-elle un art ? Il faudrait pour y répondre poser la question de la nature de l’art lui-même car il n’est ni un statut ou une catégorie qu’on accorderait à certains travaux. Son acception moderne n’est plus celle de « l’époque des dieux », on conçoit maintenant que cet espace mystérieux puisse être atteint en empruntant  toutes sortes de chemins, et pourquoi pas celui de la reproduction mécanique si typique de notre époque. Photographie, cinéma, vidéo supportent aussi des œuvres d’art ; pourtant toutes les photos et les films n’en sont pas, peu s’en faut… Dans un de ses œuvres le regretté Chris Marker accorde à un de ses personnages l’invention d’une mesure de la qualité humaine dont le plus haut niveau qu’il appel : « level five » a d’ailleurs donné le titre de son film. On ne saura jamais si ce grand cinéaste ne cachait pas derrière une idée amusante et sarcastique la mesure de la valeur artistique. L’art serait le « level five » de l’expression…

Droit des auteurs:

Les droits de reproduction de toutes les photos appartiennent à leurs auteurs et sont donc réservés. 

Frank Gérard

Franck Gérard nous étonnera toujours : bien sûr son humour par l’image est irrésistible, mais ce qui nous surprend le dépasse et vise plus profondément dans l’âme du réel. Son regard qui s’attache à la vision la plus immédiate, hasardeuse, accidentelle même, n’est jamais victime de « l’instantané » qui souvent vous sert une tranche de réalité toute séparée, suspendue hors de la vie et du temps. Chez lui une densité d’émotion nourrie par l’étrangeté et le sentiment fait de ce « déroulé » du réel une sorte de poésie ininterrompue. On entend presque les pas du voyageur incessant, le silence de l’arrêt, la reprise de la déambulation…

Certainement un des plus grands talents de sa génération.

EN L'E¦üTAT19EN L'E¦üTAT23EN L'E¦üTAT18EN L'E¦üTAT27EN L'E¦üTAT22EN L'E¦üTAT24EN L'E¦üTAT9EN L'E¦üTAT20EN L'E¦üTAT6

Nous vous recommandons de rendre visite au site de l’auteur à adresse suivante: http://www.franckgerard.eu/EN%20L%27ETAT/

Grégoire Cheneau

En ces temps de disette où le cinéma privé de sa nourriture par la télévision, et donc fort malade se survivait à lui-même par la pornographie, les derniers spectateurs fidèles aux salles obscures n’avaient en aucune façon le même comportement que ceux qui vibraient quelques vingt ans auparavant aux cavalcades des « westerns ». Grégoire Cheneau n’a pas manqué d’y aller voir non pour la pornographie mais pour ces images rayées, usées, délavées et l’étrange ballet de silhouettes noires qui parfois se substituent à la lumière trouble de l’écran. Il en a fait un livre intitulé : « FACES ».

 Publications de Grégoire Cheneau : « Ludibrium » 2007 ed. Archibooks , « Faces » 2009,   Altered states » 2012.

Dark Shots

58b260207

Faces

#11-Faces#24-Faces#22-Faces#7-Faces#9-Faces#19-Faces#23-Faces#1-Faces

 

Marie Andrée Armynot

Marie Andrée Armynot a mangé le pain sombre de l’expérience et celui lumineux de la liberté. La réalité n’est pas pour elle une donnée mais un sentiment ; elle ne cherche en rien l’objectivité, seulement la vie des êtres et des choses, leur beauté accidentelle ou naturelle, la parole des formes.

P1010463-Modifier20120922-P1010373-Modifier-3-ModifierP1010459-Modifier20120916-P1010321-1-Modifier-Modifier20120907-P1010263-Modifier-2-Modifier20120915-P1010298-1-Modifier-Modifier-Modifier-Modifier-Modifier-320120922-P1010355-Modifier-Modifier-Modifier-Modifier

Thomas Gauthier

Thomas Gauthier est notre benjamin, à 23 ans on vole dans le ciel du désir et on court le monde, c’est ce que fait ce jeune photographe. Doué d’un goût esthétique très sûr, il est allé voir l’Afrique et d’autres contrées; ce ne sont pas des documents bien faits qu’il nous en ramène mais comme un peintre d’autrefois revenant d’un long voyage, c’est de la beauté captée qu’il nous offre : un visage d’enfant, l’ombre d’un homme qui passe à peine vue déjà perdue, un éclat de soleil qui transforme un mur en tableau de lumière, une vitre brisée qui ouvre le ciel, un visage de femme si émouvant…  Prometteur, très prometteur.

12456après l'arbre78910131114

Jaime Montana est un plasticien dont les photos provoquent la rêverie ; des couches oniriques se juxtaposent sans s’entremêler et recréent une étrange temporalité en étapes. Cette impression épisodique du temps nous rappelle celle des paysages de nos propres rêves.

JaimeMontana02

JaimeMontana03

JaimeMontana01

JaimeMontana11

JaimeMontana13

JaimeMontana10

JaimeMontana09

JaimeMontana14

JaimeMontana07

JaimeMontana08

Licence Creative Commons
Le contenu de ce blog est mit à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International.

Numéro précédent